André Buet

André Buet

Né à Grenoble - les BUET habitaient Bois d’Arcy en 1560, puis la Perrière, puis Brosses, et Montillot vers 1850.
Etudes supérieures à Paris. Diplômé “ingénieur civil de l’Aéronautique”, a été employé de 1950 à 1990 à l’usine de Cannes de la Société Aérospatiale.
André Buet

La médaille de Sainte-Hélène, créée en 1857 par Napoléon III, a récompensé les 390 000 soldats encore vivants en 1857, qui ont combattu aux côtés de Napoléon Ier pendant les guerres de l’Empire de 1792 à 1815.

 

Les listes des médaillés sont recensées dans les archives départementales, et un site internet (http://stehelene.geneactes.org) récapitule ces listes, par département.

On sait ainsi que 12 soldats domiciliés à Montillot ont été récompensés par la médaille de Sainte de Sainte-Hélène.

Ces médaillés de Ste Hélène ont eu une double chance : terminer les campagnes vivants, et survivre dans leur village plus de 40 ans !

OULIN Edméné le : An 3

Résidant à MONTILLOT 89

période:15-05-1815/ 3 mois

BRISDOUX Etiennené le 2-02-1778

Résidant à MONTILLOT 89

période An 9/ 1 an

DEFERT Pierrené le 16 Germinal, an 2

Résidant à MONTILLOT 89

période: 6-03-1813/ 2 ans 1/2

campagnes: 3

DEFERT Marcné le 3 Brumaire, an 3

Résidant à MONTILLOT 89

période:15-05-1915/ 3 mois

 

GUTTIN Edméné le 10-12-1793

Résidant à MONTILLOT 89

période: 1-12-1812/ 3 ans 1/2

campagnes: 6

divers: 1 blessure

 

GUTTIN Lazarené le 18 ventose, an 3

Résidant à MONTILLOT 89

période: 15-05-1815/ 3 mois

 

JOJOT Jeanné le 26-03-1783

Résidant à MONTILLOT 89

période2 ventose, an 12/ 12ans

campagnes: 9

divers: 2 blessures

 

JOJOT Claudené le 20-03-1790

Résidant à MONTILLOT 89

période: 9 ans

campagnes: 8

divers: 1 blessure

 

LEMOUX Lazarené en l’an 3

Résidant à MONTILLOT 89

période: 15-05-1815/ 3 mois

 

PERNOT Laurentné le 1-03-1793

Résidant à MONTILLOT 89

période: 11-11-1812/ 3 ans 1/2

 

TRIET Pierrené en 1790

Résidant à MONTILLOT 89

période: 1811/ 4 ans

campagnes: 4

divers: 2 blessures

 

TRIET Josephné en 1788

Résidant à MONTILLOT 89

période:1808/ 8 ans

 

Quelques autres ont disparu avant la fin de ces guerres.

Nous trouvons leurs traces dans les registres d’état-civil, lorsque l’Armée a envoyé l’avis de décès à la Mairie d’origine (avec des délais atteignant 2 ans ½).

PORCHERON Antoine , incorporé le 4 mai 1808 dans le 29ème Régiment d’ Infanterie de Ligne ; décédé le 28 Juin 1809 par suite de blessure à l’hôpital militaire de Parme. (Il était né le 24-01-1789 à Montillot, fils de Pierre et de Anne GUILLOUX ; de son frère Edme, marié avec Marie SAVELLY, descendent les Porcheron « actuels » ).

CARILLON Edme , décédé le 5 Juillet 1809 sur le champ de bataille d’ Esching, par suite de blessure, grenadier de la 2ème Compagnie du 2ème Bataillon du 33ème Régiment de Ligne. Témoins : CLATISSANT (34 ans), caporal ; LANGLAIS (21 ans), caporal ; BARBIT (30 ans), grenadier, tous de la même Compagnie. ( Il était né le 26-01-1778 à Montillot, fils de Pierre et de Thérèse GUILLOUX). (Inscription des décès Porcheron et Carillon sur les registres de Montillot le 31-12-1811)

 

GRASSET Louis , décédé « par suite de fièvre » le 27 Janvier 1812 à l’ Hôpital de St Ciprien, commune de Givonne (Ardennes). Canonnier dans la Compagnie d’ Artillerie du 5ème Régiment de Ligne. (Il était né le 15-09-1772, de Jean, – laboureur à La Gache , hameau maintenant disparu -, et de Marie PORCHERON.

GAILLOT Edme, décédé « par suite de fièvre » le 6 Janvier 1814, à 19 ans, à l’Hôpital civil et militaire de Schlestatt. Fusilier au 40ème Régiment d’Infanterie de Ligne, 5ème Bataillon, 2èmeCompagnie.(il était fils de Claude, « manouvrier » et de Anne Cullin).

FILION Baptiste, décédé le 27 Février 1814 à l’ Hôtel-Dieu de Paris, à 19 ans. Soldat au 3ème Régiment de Tirailleurs, 1er Bataillon,1ère Compagnie de la Garde.(Il était né au Vaudonjon le 26-11-1794, de Pierre et Magdeleine GUIMARD)

 

FLEURY Claude , décédé le 25 mai 1814, à Metz, « par suite de fièvre », à 23 ans. Soldat au 31ème Régiment de Ligne. ( il était né le 13-10-1791 à Montillot, fils de Claude, « masson » et de Anne RAPENEAU).

 

 

Accordons leur une pensée à tous …

R.M. Koutlidis et A. Buet

Laisser un commentaire